Dernière mise-à-jour: 2011-05-25

Depuis le 22 novembre 1982, une simple maison du quartier chrétien de Soufanieh à Damas est devenu le lieu de manifestations qui font revivre à ses habitants les grâces des premiers chrétiens.

Damas, ville célèbre dans l'histoire du christianisme, marquée par la conversion de Saint Paul (Ac. 9,3-6) où l'on retrouve la chapelle de St-Ananie, un des premiers disciples du Christ (l'un des 72 dont parle Saint Luc) qui a reçu mission du Seigneur d'aller imposer les mains à Saül de Tarse afin qu'il recouvre la vue (Ac 9,10-19).

 

Damas qui abrite dans l'enceinte de la Mosquée des Omayyades le mausolée de Saint Jean-Baptiste.

Damas où dans ses alentours, au village de Maaloula, vivent des gens qui parlent encore la langue du Christ, l'araméen.


Damas qui vit des évènements inexpliqués, bouleversants, qui se succèdent à un rythme étonnant: écoulement d'huile d'une réplique de l'icône de la Vierge Marie, effusion d'huile sur le visage et les mains de Myrna Nazzour, jeune femme de 18 ans, simple, équilibrée, mariée depuis sept mois qui revivra la Passion du Christ avec les stigmates et verra la Vierge Marie au cours d'apparitions et d'extases.

Le premier évènement survint le 22 novembre 1982. Myrna priait avec d'autres membres de sa famille lors d'une visite chez sa belle-soeur malade, quand soudain, elle ressentit une chose étrange, indescriptible : tout son corps frissonnait comme si une force émanait d'elle. L'huile venait de couler de ses mains pour la première fois.

Le deuxième évènement dans le foyer de Myrna et Nicolas à Soufanieh débuta le 27 novembre 1982, coïncidant avec la date de l'anniversaire de l'apparition de la Vierge Marie à Sainte Catherine Labouré en 1830 à la Rue du Bac à Paris en France. L'huile commence à exsuder d'une petite replique de l'icône de la Vierge de Kazan, pas plus grande qu'une carte à jouer, achetée par Nicolas à Sofia en Bulgarie, en l'église orthodoxe Alexandre Nevsky en août 1980.

Cette exsudation de la petite icône prit lentement le rythme du cycle liturgique des fêtes, et dura jusqu'au 26 novembre 1990 (a). Durant ces années, elle connut une interruption du 26 novembre 1985 au soir au 26 novembre 1986, mais l'atmosphère de paix et de prières ne s'arrêtèrent aucunement. Durant cette année de désert, il n'y a pas eu la moindre goutte d'huile ou tout autre manifestation surnaturelle.  Cette période explique le sens d'une partie du message du Christ du 26 novembre 1985: " ...et si Mon absence se prolonge et que la lumière s'éclipse pour toi, ne crains pas, ce sera pour Ma glorification."


(a)  L'Icone exsuda de l'huile en 2001, lors de la Semaine Sainte commune aux catholiques et orthodoxes.

Quelques références à Damas dans la Bible:  Ac 9,1-27   Ac 22,5-16   Ac 26,12-22   2 Co 11,32-33   Ga 1,15-17